Bojan Z & A Bout de Souffle

« Sois fainéant mon enfant : tu vivras content. Tu connaîtras gloire, grandes scènes et grands noms, Bojan Z. Tu connaîtras les grandes partitions. Lorsque les feuilles mortes se ramasseront à la pelle, tu improviseras encore et mieux. Ton piano te conduira à New York ; puis partout où parfaire ton art de mélomane. Ta renommée te conduira ici, à Flagey, où tu commentes un cinéma d’antan, un joyaux de cette vieille Nouvelle Vague : « A bout de souffle ». Godard aussi improvisait, tu sais ? »