Vincent Ségal

Un peu, beaucoup, à la folie … à la folie!

Vincent Ségal s’y enivre à y perdre la tête: voici la discographie amoureuse du violoncelliste. Il évoque, morceaux jazz (mais pas que) à l’appui, certaines de ses plus belles histoires de disques:

Premier émois: Béla Bartok – RIAS Symphonie-Orchester Berlin, Ferenc Fricsay – Musik Für Saiteninstrumente, Schlagzeug Und Celesta (1958) : « III. Adagio »

Amour inconditionnel: Charles Mingus – The Great Concert of Charles Mingus (1964) : « Meditations On Integration » (https://www.youtube.com/watch?v=5AhOdDnKT28)

Dernier Coup de Foudre: Oneohtrix Point Never – Good Time Original Motion Picture Soundtrack (2017) : « Good Time »

Un seul disque vous manque et tout est dépeuplé.