Arnaud Ghys

Un peu, beaucoup, à la folie … à la folie!

Arnaud Ghys en est raide dingue: voici la discographie amoureuse du photographe, collectionneur de vinyles jazz et DJ du même tonneau. Il évoque, morceaux jazz à l’appui, certaines de ses plus belles histoires de disques:

Premier émois: Phil Harris & Cast – The Aristocats (1970) : « Everybody Wants To Be a Cat » & Charles Mingus – Blues and Roots (1959) : « Moanin’ »

Amour inconditionnel: Mal Waldron – The Quest (1962) : « Warm Canto » & Archie Shepp – Blasé (1969) : « Blasé »

Dernier Coup de Foudre: Antoine Pierre, Urbex – Sketches of Nowhere (2018) : « Sketches of Nowhere »

Un seul disque vous manque et tout est dépeuplé.